Comment s’assurer après une suspension de permis ?

Facebook
Twitter
LinkedIn
Sommaire

 

La suspension de permis de conduire est un événement stressant et perturbateur pour une personne. Cela peut complétement chambouler votre quotidien, car il est impossible de conduire sans permis. Par conséquent, vos déplacements seront sérieusement limités. Après une décision judiciaire, votre contrat d’assurance est également résilié. D’ailleurs, vous êtes tenu d’informer votre assureur du retrait de permis sous 15 jours. À sa restitution, vous aurez besoin de vous assurer à nouveau. Découvrez ci-dessous comment le faire selon votre cas.

 

Trouver une assurance pour suspension de permis après la perte de points

 

Lorsque vous commettez des petites infractions à plusieurs reprises, votre solde de points sera totalement épuisé à la fin. Si en plus de ça, vous ratez le stage de récupération de points, vous risquez une suspension. Pourtant, quand votre permis est suspendu, votre contrat d’assurance auto est automatiquement annulé. Quelques mois plus tard, vous décidez de repasser le permis et vous le réussissez, mais vous n’avez toujours pas d’assurance-auto. Heureusement, avec ce motif, vous trouverez plus facilement une assurance pour suspension de permis. En effet, vous n’êtes pas catégorisé conducteurs à risques par la compagnie d’assurance. Néanmoins, vous n’avez droit ni à la surprime jeune conducteur ni à une autre prime d’assurance

 

S’assurer en cas de permis suspendu à cause d’une infraction grave

 

Quelles sont les infractions graves justifiant une suspension judiciaire ? 

Il existe plusieurs infractions graves qui peuvent entraîner la suspension du permis. Toutefois, leur niveau de gravité est évalué selon la loi en vigueur. Cela varie donc d’un pays à un autre. Les plus courantes sont les suivantes :

  • la conduite en état d’ivresse : surtout lorsque le taux d’alcoolémie dépasse la limite légale ;
  • la conduite sous l’emprise de stupéfiants illicites : l’usage de stupéfiants est puni par la loi ;
  • le refus de l’automobiliste de se soumettre à un test d’alcoolémie ou de drogues ;
  • la conduite dangereuse ou imprudente : cela inclut la conduite à grande vitesse et la conduite agressive entraînant un homicide involontaire ou des blessures corporelles graves sur autrui ;
  • la conduite sans assurance ;
  • le délit de fuite ;
  • l’usage de téléphone durant la conduite ;
  • la conduite d’un véhicule volé.

 

Les étapes à suivre pour se réassurer

La première chose à faire en cas de suspension du permis est de signaler votre assureur. Le délai ne doit pas dépasser 15 jours, sinon vous commettez une fausse déclaration. Cela équivaut à conduire sans assurance et c’est un délit. Une fois votre permis repassé, il faudra chercher des assureurs auto spécialisés dans les profils à haut risque. Le mieux est de contacter plusieurs compagnies d’assurance. Ils vous demanderont de remplir un formulaire afin d’établir un devis. Vous êtes tenu d’être le plus honnête que possible sur votre situation. Pour trouver les meilleurs tarifs, vous avez la possibilité de passer par un comparateur. Vérifiez bien les couvertures offertes, les exclusions et les limites de police pour éviter les mauvaises surprises. 

 

Recourir à l’assurance au tiers après le retrait du permis de conduire

 

Il est possible de rencontrer des difficultés à trouver une compagnie d’assurance disposée à vous réassurer. Cela dépend de la gravité des infractions commises et du motif du retrait. Dans ce cas, vous pouvez vous assurer au tiers en passant par le BCT ou le Bureau Central de Tarification. Grâce à son intervention, vous aurez la chance d’obtenir une assurance pour suspension de permis à un tarif plus raisonnable. Étant une autorité administrative indépendante, il peut contraindre la compagnie qui vous convient à vous assurer. Il faudra simplement lui envoyer la notification de refus de l’assureur sous forme de recommandé. Toutefois, notez bien que le traitement peut prendre entre un ou deux mois.

4.3/5 - (29 votes)