La réglementation européenne va-t-elle faire gonfler les prix des voitures ?

voiture neuve
Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn

À partir de juin 2022, la réglementation européenne va devenir plus stricte en matière de sécurité routière et plus particulièrement en matière d’équipements sécurisant présents dans les nouveaux modèles de voitures.

Des voitures plus sûres…

C’est officiel, en Europe, le niveau de sécurité des voitures va grimper d’ici juin 2022. L’objectif « officiel » de cette nouvelle mesure européenne est de réduire la mortalité routière. L’année 2020 a été une année particulière du fait de la COVID et des confinements, ce qui a permis de limiter les morts sur la route, mais il a été compté, tout de même, 19 000 morts sur les routes européennes. La décision émane du Parlement européen. Les équipements de sécurité des voitures neuves vont augmenter pour tous les nouveaux modèles lancés après mai 2022. Cette mesure sera, par la suite, étendue à tous les véhicules neufs en 2024. Pour atteindre cet objectif, les députés européens ont établi en 2019 une liste d’équipements de sécurité qui deviendront obligatoires. Quels sont ces équipements ? Une trentaine d’équipements de sécurité vont rejoindre l’habitacle des véhicules neufs, en voici quelques-uns.

Une « boîte noire »

Comme dans les avions, la fameuse « boîte noire » sera obligatoire dans les véhicules neufs. Celle-ci enregistrera les données de conduite pour établir facilement la responsabilité du chauffard en cas d’accident. Un dispositif qui se veut dissuasif pour les conducteurs adoptant une conduite à risque.

Le freinage d’urgence

La nouvelle réglementation européenne va exiger que toutes les voitures sortant des chaînes d’assemblage disposent de systèmes avancés de freinage d’urgence.

La détection de la somnolence du conducteur ou de dérive de la trajectoire

Présent sur certains modèles haut de gamme, tous les véhicules devront être équipés soit de capteurs dans le volant détectant un maintien moins ferme du volant par le conducteur, soit d’une caméra détectant la fatigue du conducteur par l’abaissement de ses paupières.

Un adaptateur de vitesse intelligent

Les voitures neuves comporteront également un adaptateur de vitesse intelligent. Pour le moment, la Commission n’a pas encore tranché si le dispositif d’adaptateur de vitesse devra seulement « lire » les panneaux au bord de la route ou bien si c’est la voiture, elle-même, qui devra connaître les limites de vitesse, sachant qu’il sera nécessaire qu’elle distingue les routes départementales limitées à 80km/h et les autres.

Un système de détection des angles morts

Les nouveaux modèles à partir de 2022 et les véhicules neufs à partir de 2024 disposeront d’un système permettant de détecter la présence :

  • d’un véhicule ;
  • d’un cycliste ;
  • d’un piéton ;

dans les angles morts du véhicule lors d’un dépassement par exemple. L’éthylotest antidémarrage n’est, pour le moment, pas à l’ordre du jour, mais les constructeurs automobiles devront pouvoir faciliter sa pose sur leurs futurs modèles. La liste des dispositifs obligatoires n’est pas encore figée, mais nous avons d’ores et déjà un aperçu de ce qui nous attend à l’avenir. Ces dispositifs sont à la fois innovants et sécurisants pour les usagers de la route néanmoins, nous sommes en droit de nous demander à quel prix ?

Des voitures plus chères

Bien que cette nouvelle réglementation européenne cherche à sauver des milliers de vies chaque année, les nouveaux équipements obligatoires ne seront pour autant pas « gratuits ». Le prix des modèles de voitures haut de gamme ne sera pas impacté par cette nouvelle réglementation puisque ces modèles disposent souvent déjà d’un bon nombre de ces dispositifs. Ce n’est malheureusement pas le cas des petites citadines qui, elles, vont devoir supporter des surcoûts évidents. L’ajout de ces nouveaux équipements devrait faire grimper la facture de près de 2 000 euros pour les voitures d’entrée de gamme. Une addition difficile à avaler par les industriels du secteur qui se questionnent sur leur capacité future de proposer à la vente des voitures à des prix modestes au grand public. Un surcoût qui pose également question auprès des usagers de la route sur leur capacité à s’offrir une voiture « plus chère ». La question de demain sera : est-ce qu’acheter une voiture vaudra toujours le coup ?

De la propriété à l’usage

Depuis plusieurs années, le comportement des automobilistes a évolué. Le véhicule neuf n’est plus privilégié. Le marché de l’occasion a fait un bond spectaculaire et les nouveaux modèles d’usage du véhicule (location courte et longue durée, abonnement, etc.) ont également sorti leur épingle du jeu.

Si aujourd’hui nous sommes encore majoritairement propriétaires de notre véhicule, demain nous achèteront un service lié à la voiture. L’usage de la voiture est amené à se développer grandement. D’une part, du fait d’un coût plus élevé des véhicules (nouveaux dispositifs obligatoires, taxes sur les véhicules polluants, etc.) et, d’autre part, du fait d’une évolution dans les comportements humains. Le développement de la mobilité douce avec l’usage :

  • des vélos ;
  • trottinettes ;
  • marche ;

entraîne une diminution de l’usage de la voiture. Les citadins vont vers un usage ponctuel de la voiture et pour répondre à ce nouveau besoin, il existe d’ores et déjà plusieurs solutions. Des agences de location de voitures comme Loc Eco, le spécialiste de location voiture à Nantes, propose des voitures à la location pour de la :

  • courte ;
  • moyenne ;
  • longue durée ;

ce qui permet à tout un chacun de disposer d’un véhicule sur une période qu’il aura choisi (lors de vacances, d’un déplacement professionnel ou personnel ponctuel, etc.). L’abonnement devient également tendance grâce à sa flexibilité (possibilité de changer de véhicule régulièrement, augmenter ou réduire l’abonnement en cours, aucun apport ni d’engagement) et grâce à ses formules comprenant l’assurance et l’entretien. Plusieurs agences se partagent ainsi ce nouveau marché. Véhicule Idéal, l’abonnement voiture ou camion sur 25 à 100 jours en est un parfait exemple. Ce marché, au niveau mondial, avoisinera les 30 à 40 milliards de dollars d’ici à 2030 (soit 15% des voitures neuves), un marché très prometteur.

L’usage de la voiture change pour s’adapter au mieux aux nouveaux besoins des automobilistes. Ce nouvel usage se veut à la carte et personnalisable, à vous de choisir !

4.5/5 - (37 votes)