Ralenti instable : les causes et les solutions

Vous avez noté des variations étranges au niveau de votre tableau de bord sur le compte-tours ? C’est probablement un problème dans le ralenti moteur. Cette situation ne doit pas être négligée, parce que les conséquences peuvent être plus ou moins importantes.

Pour être sûr que tout va bien, il va falloir effectuer un diagnostic, comprendre les causes, les symptômes et trouver des solutions.

Au cœur de cet article, nous allons présenter le ralenti instable, son rôle et les symptômes qui laissent penser à une anomalie. Par ailleurs, on va exposer les différentes causes et trouver des solutions pour répondre à ces problématiques plus ou moins importantes.

Qu’est-ce qu’un ralenti ?

Le ralenti est l’acte de réduire sa vitesse. Dans le cadre d’un ralenti instable, il s’agit notamment du moteur qui effectue des variations plus ou moins importantes.

Les mécaniciens n’aiment pas trop être confrontés à ce type de problème parce que les causes sont nombreuses. Elles peuvent être liées à plusieurs pièces, et avant de trouver l’élément défaillant, il peut s’en écouler du temps.

Le ralenti instable est dangereux parce que le moteur est soumis à des pressions plus ou moins importantes. Elles peuvent endommager le moteur et d’autres composants de la voiture. Dès que vous commencez à relever certains symptômes, il faut avertir votre garagiste pour l’avertir de votre problème et écouter son expertise pour les démarches à suivre.

Quel est son rôle ?

La pièce qui permet de réguler le ralenti est le régulateur de ralenti. Son objectif est de permettre une meilleure régulation de l’air dans le moteur quand celui-ci est au ralenti. C’est de cette manière qu’il va éviter de caler ou d’être en surchauffe.

Le corps papillon est la pièce qui va être utilisée pour relier la partie qui comprend l’alimentation en air ainsi que la partie où se trouve l’essence du moteur.

Les symptômes

Avant de dire que le ralenti de votre moteur est instable, il va falloir se poser quelques minutes et faire un état des lieux de tous les symptômes qui existent pour affirmer un tel problème.

Le régime de ralenti d’une voiture possède une valeur de base qu’est de 20 tours par minute. En fonction des constructeurs, cette valeur peut être comprise entre 750 et 900 tours par minute.

Pour percevoir un ralenti instable, il faut se pencher sur les différentes variations que le moteur peut avoir. Parfois, les variations vont changer aux alentours de 100 tours par minutes, voire même arriver à ce que la voiture cale.

L’autre symptôme qui sera caractéristique d’un problème de ralenti instable est l’émission de fumées noires ou blanches.

Le dernier symptôme que l’on peut avoir pour un tel problème, c’est l’allumage d’un témoin de diagnostic. Dès son apparition, il est préconisé de contacter un professionnel de la mécanique pour savoir ce qu’il faut faire.

Les causes

Les causes d’un ralenti instable sont multiples et variées. Ce n’est pas évident de trouver la bonne cause. Les professionnels vont suivre une certaine méthodologie pour s’assurer qu’il n’y a pas d’autres problèmes. Celle-ci est généralement précise et cohérente. Toutefois, elle implique d’avoir de solides connaissances sur le moteur en question.

Les contrôles vont s’effectuer en deux étapes.

Les contrôles préliminaires pour le ralenti instable

Avant d’aller vérifier l’état de chaque composant, la première étape va être de regarder visuellement l’état général de certaines pièces ou réactions de la voiture. Cela va être le cas pour analyser les fumées à l’échappement de la voiture. Les enseignements à en tirer sont très importants. En cas de présence de certaines fumées noires, alors il faut s’interroger sur le mélange air/carburant qui peut être défaillant. Les pièces défectueuses vont être le filtre à air de bouché, ou un dysfonctionnement important du capteur de la température d’eau. L’autre type de fumée possible va être la fumée blanche. Celle-ci indique une anomalie au niveau de l’eau ou du liquide de refroidissement. Ces deux liquides peuvent être présents dans les cylindres, notamment dans le joint de culasse.

Ensuite, il faudra regarder le compartiment du moteur. Est-ce que toutes les durites d’alimentation de l’air sont en bon état ou pas ? Est-ce qu’il y a un mauvais branchement pour les différentes durites de dépression d’air ? Est-ce que les divers connecteurs électriques sont toujours bien branchés sur les multiples capteurs présents dans la voiture ? Selon les réponses, quelques premières actions peuvent être réalisées pour vérifier si le problème vient de là (ou pas).

La troisième étape du contrôle préliminaire va être le recours à la valise de diagnostic afin d’écouter « ce que le moteur veut nous dire ». En fonction de l’affichage de l’écran, vous aurez des informations capitales pour mener les diverses actions qui s’imposent.

Le contrôle des composants pour le ralenti instable

Cette étape devra être menée minutieusement avec beaucoup de précautions. En effet, lors de cette étape, il ne faut pas que lors d’une manipulation il y ait des composants électriques qui peuvent être touchés. La panne peut disparaître et réapparaître quelques jours après que le client ait récupéré sa voiture. C’est une étape compliquée que les mécaniciens devront réaliser avec beaucoup de délicatesse et de douceur. Le principal enseignement à tirer de cette étape est de démonter le moins de composants possible pour mieux comprendre d’où vient la panne et agir en conséquence.

Les composants électriques vont être les premiers à être analysés. À l’aide d’une valise de diagnostic, le professionnel aura des données qui permettront d’indiquer une potentielle source à la panne. C’est un bon moyen pour détecter si le papillon moteur de la voiture à essence est défaillant.

La seconde partie des contrôles va être les pressions hydrauliques. Un contrôle sur les différents circuits de la voiture va être effectué pour s’assurer que les pressions sont correctes et qu’il n’y a pas de problème à ce niveau-là.

Le troisième point de contrôle sera sur les pressions de compression. Grâce à la présence de certaines fumées, on va avoir des combustions incomplètes. Dans ce cas, c’est généralement un élément interne qui va être détérioré. Une vérification des contrôles en fin de cycle de compression permet de s’assurer que tout va bien. Le contrôle de l’étanchéité est également au programme pour découvrir précisément les différentes pannes que le moteur peut subir et avoir.

Les causes sont nombreuses pour le ralenti instable. Il est important de faire le point avec son garagiste pour s’assurer que tous ces contrôles ont été réalisés.

Que faire ?

Quand le syndrome du ralenti instable est présent, il faudra consulter un garagiste sans plus attendre. Bien que les causes soient multiples, les coûts peuvent varier. Les sommes peuvent aller de quelques dizaines d’euros à plusieurs centaines d’euros et atteindre le millier d’euros.

La dépense moyenne pour ce type de problème mécanique oscille entre 200 et 400€. Toutefois, cela est sous la réserve d’avoir contacté le bon technicien qui aura effectué un bon diagnostic.

Ralenti instable : les causes et les solutions
4.6 (92.26%) 31 votes