Comment changer un filtre à particules ?

Avec les voitures nouvelle génération, il n’est pas franchement évident d’effectuer soi-même, entretien et réparation. Certaines interventions restent néanmoins possibles. Avec de la volonté, beaucoup d’huile de coude, et une bonne méthode, vous pourrez changer vous-même votre filtre à particule (FAP). Un bon moyen pour alléger la facture du garagiste, à condition d’être capable de réaliser parfaitement l’opération !

Fonctionnement d’un FAP

L’installation d’un filtre à particules est obligatoire, sur tous les véhicules diesel neufs depuis 2011. L’injection directe de carburant, des voitures essence, génère également beaucoup de particules fines. En conséquence, l’installation de filtres à particules, se généralise sur l’ensemble des véhicules mis en circulation.

Ce filtre est très important car il sert à retenir les minuscules (entre 10 nm et un micromètre) résidus des gaz de combustion. Ces derniers sont cancérogènes pour l’homme et à l’origine de la pollution massive de l’air.

Préparer le remplacement d’un filtre à particules

Le voyant témoin du filtre à particule s’est allumé sur votre tableau de bord ? Il est temps de procéder à son remplacement. Ne tardez pas, au risque que le filtre encrassé ne génère des problèmes collatéraux.

Vous devez absolument respecter, le modèle de filtre adapté à votre véhicule, conforme aux recommandations du constructeur. Impossible de choisir n’importe lequel, quand bien même il s’adapterait, d’un point de vue mécanique.

Consultez les revendeurs de pièces auto, et les offres en ligne, pour acheter un filtre à particule. Vérifiez les références de votre pièce, quel qu’en soit le prix. Quitte à réparer vous-même, faites-le dans les règles de l’art, avec du matériel de qualité. Il en va de votre tranquillité future autant que de la sécurité de votre véhicule.

Le FAP ne sera pas facile à atteindre. Il est nécessaire de démonter un certain nombre de pièces en périphérie, pour y accéder. Des outils adaptés s’imposent, afin de procéder à l’extraction et au remplacement sans problème. Comptez une journée de travail, ainsi que l’immobilisation de votre véhicule pour minimum 48 heures. À travail égal, un garagiste n’en aurait que pour quelques heures…

Démonter le filtre à suie

Vous avez tous les bons outils, aux dimensions requises ? Vous avez identifié l’emplacement exact du filtre, ainsi que des autres éléments à démonter ? Il est encore temps de réfléchir. Une erreur de votre part, aurait des conséquences désastreuses pour votre moteur. Si vous avez le moindre doute, ne prenez pas de risques inutiles et confiez votre voiture à un professionnel, demandez rapidement un devis changement filtre à particules.

Dans le cas contraire, mettez-vous à l’œuvre !

Une fois la pièce atteinte, le remplacement du filtre n’est plus un problème. Il suffit de desserrer prudemment, les vis qui retiennent le pot du filtre à suie. Faites de même pour les boulons d’entretoise, situés en dessous de la pièce, pour pouvoir remplacer le filtre en lui-même.

Portez une extrême attention à l’ensemble des pièces environnantes. Travaillez avec calme, en identifiant l’emplacement précis de chaque élément. Il peut être intéressant de prendre quelques photos au fur et à mesure. En cas de doute pour le remontage, vous n’aurez qu’à vous référer aux images.

Changer ou nettoyer le FAP ?

Il est toujours envisageable, de procéder à un nettoyage du filtre, plutôt que de le remplacer. Si c’est votre choix, ne ménagez pas vos efforts, le désencrassement doit être parfait. Évidemment, vous n’atteindrez jamais la perfection d’un filtre à particule neuf. L’usure est là et le remplacement suivant s’en trouvera anticipé. Réfléchissez à l’intérêt réel d’un nettoyage, plutôt qu’un remplacement à neuf. Le rapport temps de travail/économie d’argent, n’est sans doute pas si rentable.

Remontage et contrôle du nouveau filtre à particules

Répétez les opérations dans le sens inverse. Replacez le filtre et son pot, ainsi que toutes les pièces annexes. Travaillez élément par élément, en remettant attentivement, vis et boulons d’origine, aux bons endroits.

Une fois l’intervention terminée, et le temps de repos passé, vous pourrez rouler à nouveau. Les jours qui suivent, une surveillance s’impose. Si votre filtre à particules n’est pas conforme, vous allez tôt ou tard le savoir.

Le voyant d’alerte ne s’allume plus, dès l’instant qu’il détecte la présence d’une pièce correctement connectée. Pour autant, cela ne veut pas dire que tout est parfait. Ouvrez donc le capot et jetez un œil à l’installation. La moindre trace de suie est anormale. Cette constatation est généralement due, à l’utilisation d’une pièce compatible et non-originale. Pouvant différer de quelques millimètres seulement, cet écart suffit à créer un déséquilibre notoire, sur les analyses de gaz d’échappement.

Si c’est le cas, portez une réclamation à votre revendeur de pièces automobiles sans attendre. Si à l’inverse, vous ne voyez rien de suspect après plusieurs contrôles, félicitations ! Vous avez réussi à changer votre filtre à particules vous-même, vous pouvez en être fier car la tâche n’est pas simple.

Lire aussi : Comment prolonger la durée de vie de votre voiture ?